Emmaüs Bussières et Pruns repose sur l’engagement de ses nombreux bénévoles qui offrent une épicerie, un accueil de loisirs, des logements solidaires pour des personnes à la rue et plein d’autres actions.

Actions sur le territoire

 

Les logements solidaires, c'est quoi ?

"Parce qu’aucun enfant, aucune famille, aucune personne qui a séjourné au Centre d’Accueil pour Demandeurs d’Asile de Bussières et Pruns ne doit dormir dehors !"

Devenez donateur solidaire

L’Association Emmaüs Bussières et Pruns accueille des familles de demandeurs d’asile politique pendant l’instruction de leur dossier par l’Administration Française. Pendant ce temps (18 mois en moyenne), ces familles commencent une véritable insertion. Les enfants sont scolarisés, ont des activités, des amis…

Nombre d’entre elles  se voient refuser cet asile politique. Notre association doit leur faire quitter le CADA dans le mois qui suit le rejet de leur demande d’asile.
 Si certaines retournent dans leur pays, la plupart restent sur le territoire français car le retour est impossible, dangereux (risque d’incarcération, de torture…).

Trop souvent elles se retrouvent alors brutalement en grande précarité. Elles ne sont pas clandestines mais elles sont sans statut, quasiment sans droit. Pour les autorités, elles sont "tolérées" sur le territoire français.

Des familles vont se retrouver à la rue avec leurs enfants.

Leurs seuls recours sont alors les dispositifs de prise en charge de la précarité. Cela se traduit essentiellement par de l’hébergement très temporaire, souvent en chambres d’hôtel, avec des prises en charges courtes, aléatoires.
Ces familles ne sont pas prioritaires, même quand elles ont des enfants.

 

Cette situation indigne est inacceptable car :

  • elle enferme les familles dans l’extrême précarité et la crainte,
  • elle ne préserve pas les droits élémentaires des personnes, et des enfants en particulier,
  • elle coûte extrêmement cher,
  • elle a un impact direct sur le regard porté sur les "étrangers", donc sur la cohésion nationale.

 

Face à ce problème, l’Association Emmaüs Bussières et Pruns a lancé ce projet de solidarité pour qu’aucun de ces enfants ne se retrouve à la rue:  "Les logements solidaires"

Nous voulons permettre à ces familles de vivre de manière digne pendant 2-3 ans et d’effectuer tous les recours possibles pour régulariser leur situation.

 

La genèse du projet :

Ce projet a été construit avec le soutien actif de la Communauté Emmaüs de Puy Guillaume, de SOLIFAP (Fondation Abbé Pierre Investissements Solidaires), de la Fondation Abbé Pierre et d’Emmaüs France.

Le projet, validé par l’Assemblée Générale de notre Association le 22 juin 2013,  s’appuie sur les valeurs d’Emmaüs dont un des beaux slogans est "Jamais subir, toujours agir". Il y a là un éclairage fort sur une partie de l’histoire de notre mouvement, construit sur l’éthique de la dignité, qui nous engage à trouver nous-mêmes des solutions aux problèmes auxquels nous sommes confrontés.

Le plus important est celui des familles déboutées de leur demande d’asile.

Il s’agit donc de nous engager résolument dans une approche pragmatique et militante nouvelle, visant à loger quelques familles tout en leur assurant le minimum de liens sociaux nécessaires pour ne pas les enfermer dans l’assistanat.

Le principe est d’acheter des appartements pour loger ces familles. La contrepartie obligatoire étant qu’un des parents accepte de devenir compagnon extérieur à la Communauté de Puy Guillaume.
Le financement devra en être assuré en reprenant l’idée du "100 pour 1" de nos amis de Tours. Il s’agit d’une logique de solidarité où 100 personnes s’engagent pendant une durée déterminée à donner mensuellement une somme modique permettant de financer un logement et le minimum d’accompagnement indispensable.

Au-delà de l’utilité directe, il s’agit aussi de construire des réseaux de solidarité, de soutien, d’influence. Chaque groupe de 100 personnes constitue une force solidaire participant à notre projet, contribuant à la mise en acte de nos valeurs.
Cette piste est aussi pertinente en direction de jeunes, pouvant en amener quelques-uns vers le monde associatif et une "citoyenneté active" via un engagement concret avec forte visibilité immédiate.

Ce projet s’inscrit directement dans la démarche d’interpellation et de recherche de solutions d’améliorations de la prise en charge des personnes et familles demandant l’asile politique, ou ayant été déboutées de cette demande, menée par notre association.

 

Objectifs :

L’objectif premier par l’attribution d’un logement, est de permettre à des familles déboutées de leur demande d’asile de bénéficier d’un logement modeste mais stable, leur permettant de mener une vie digne :

  • Pour préserver l’équilibre familial
  • Pour permettre aux enfants de bénéficier dans des conditions satisfaisantes de leurs droits élémentaires : une famille, la scolarisation, des loisirs, une vie sociale…
  • Pour leur permettre de construire, si elles le souhaitent, d’éventuels recours subsidiaires.

L’objectif second est d’exiger en contrepartie la participation/collaboration à la vie de la Communauté de Puy Guillaume :

  • Pour garder un minimum de lien et d’utilité sociale
  • Pour assurer par le pécule gagné le quotidien nécessaire à la vie de la famille
  • Pour faire bénéficier directement (le compagnon) et indirectement (la famille) du statut d’OACAS
  • Pour "valider" les années passées dans la communauté en vue d’une éventuelle régularisation au titre des dernières circulaires, dites « circulaires Vals »

Le troisième objectif est de constituer des groupes de solidarité de 100 à 120 personnes chacun :

  • Pour financer un appartement et accompagner au minima la famille
  • Pour contribuer à la sensibilisation concernant la situation des déboutés du droit d’asile restant sur le territoire national
  • Pour proposer, en particulier à des jeunes, de construire des solidarités actives et concrètes, utiles et visibles immédiatement et dans une certaine durée, à forte sensibilisation citoyenne
  • Pour contribuer à la vie de l’Association Emmaüs Bussières et Pruns, à son développement, à sa notoriété.

 

Les logements :

Actuellement, nous disposons de deux logements.

Les familles :

Elles s’engagent à ce qu’un des adultes soit compagnon à Puy Guillaume. Il y bénéficiera des mêmes droits que les autres compagnons et devra en respecter les règles et obligations.

Une convention sera passée entre la famille et Emmaüs Bussières et Pruns, liant la mise à disposition du logement à cette condition… et bien entendu aux conditions ordinaires d’utilisation des lieux en "bon père de famille" ! Une participation modeste mais réelle sera demandée.

La durée des séjours :

Le principe est celui d’une durée maximum de deux ans, renouvelable avec accord du CA en cas de situation particulière.

L’hébergement peut être interrompu par l’association en cas de manquement aux obligations contractuelles et/ou aux règles sociales de droit commun.

L’hébergement peut aussi être interrompu  à l’initiative de la famille à tout moment, ou à celle de l’association et/ou de la famille en cas de modification statutaire favorable de cette dernière.

Le suivi solidaire :

La responsabilité en sera confiée à l’équipe du CADA. Les salariés pourront éventuellement être secondés par des bénévoles de l’association.

L’objectif premier sera de construire l’ensemble des relais locaux nécessaires (services sociaux, scolarité, santé… mais aussi associations caritatives, culturelles, de loisir…), mais aussi plus spécialisés liés à la situation : CIMADE par exemple.

Ensuite un suivi "léger" devra être assuré pour garantir la qualité de l’installation et pouvoir aider en cas de difficultés ou de problèmes.

Le temps utilisé par les travailleurs sociaux du CADA pour cette action devra être compensé par l’association sur le budget de l’opération, afin qu’en aucun cas il n’y ait préjudice pour la gestion du CADA.

Les donateurs :

Chaque groupe de donateurs solidaires devra financer un appartement et son "environnement" : impôts, chauffage, électricité, eau (plafonnés), assurance, entretien et accompagnement.

Le principe est celui du partage de la prise en charge du coût entre 100 et 120 personnes (plus pour les jeunes) et de l’engagement de chacun des donateurs solidaires pour une durée de deux ans… renouvelable !

Le statut des donateurs solidaires :

Ils auront un statut de membres associatifs associés sans droit de vote. Ils participeront aux AG avec voix consultative et seront invités une fois l’an à un rendez-vous particulier de remerciement, de compte rendu et de présentation des perspectives.

Un petit outil de communication dématérialisé permettra de les tenir informés de la situation de la famille qu’ils soutiennent (sans voyeurisme !), des actions, projets et difficultés de l’association, d’éléments de contexte concernant la demande d’asile.

 

Comment contribuer :

Nous vous sollicitons pour soutenir notre projet par un don sur une base mensuelle de 10, 30, 50€,... déductibles des impôts à hauteur de 66%, et ce pour une durée de deux ans.

Vous pouvez effectuer votre don par chèque ou prélèvement, de façon annuelle, trimestrielle ou mensuelle. Vous recevrez en début d’année un reçu fiscal.

Le versement mensuel sous forme de virement est préférable dans la logique de la visibilité de l’engagement. Il convient de rappeler qu’il s’agira de dons à Association Caritative, bénéficiant du statut fiscal spécifique.

Devenez donateur solidaire

 

logo on continue

Volontariat civique

Engagez-vous à nos côtés en devenant volontaire civique !
Nous prendrons rapidement contact avec vous.
captcha
Recharger